Journée internationale des droits des femmes 2022

Lecture automatique
Celle que je suis
Josianne Paradis
Tiré de son album JOIES FRANCHES (2021), Josianne Paradis interprète ici Celle que je suis.

Avec la participation des musiciennes
Lana Tomlin et Josianne Laberge (violons)
Martine Gagné (alto)
Marianne Houle (violoncelle)

Réalisateur : Jean-Pierre Gariépy
Scénaristes : J. Paradis et J-P Gariépy
Directeur de la photographie : Philippe Lavalette (csc)
Machiniste : Olivier Léger
Éclairagiste : Elliott Légaré
Styliste : Mélanie Brisson
Coiffeuse/Maquilleuse : Élizabeth Fugère
Montage : José Heppell au studio Digital Cut

Tourné au Théâtre La Tulipe (merci à La Tribu) , à Montréal, le 18 août 2021.

Production : Antilope Musique

Synopsis
Le choix du genre est un hommage à la préhistoire des vidéoclips. Un clin d'oeil à Marie Laforet en particulier. Dans les années 60, des courts métrages et des captations étaient faits sur pellicule. De manière très formelle, l’interprète nous livrait sa chanson, sous éclairage de music-hall, dans une atmosphère ouatée. Marie Laforêt fut une grande vedette, audacieuse dans ses choix, envoutante et intemporelle. S’inspirant de nombreuses chansons filmées de cette grande dame, la chanson CELLE QUE JE SUIS est offerte à travers une mise en scène qui s’inspire de cette atmosphère unique des prises de vue de l'époque. Des plans fixes, des regards indéfinis, des lumières tamisées. Des gros plans de visage, des profils, des mains qui bougent peu. En accompagnement, quatre musiciennes qui jouent les cordes de cette prestation. Les autres instruments qui complètent la chanson sont absents au visuel.

Récit secondaire
« Si tu crois aimer celle que je suis, méfie-toi,
car j’abrite en moi aussi tout son contraire. »

Ainsi débute la chanson de Josianne Paradis. Pour faire écho aux propos de l'oeuvre, le vidéoclip insère de très courts plans de Josianne Paradis hors prestation. La chanteuse revient sur scène, après la pandémie. En linge de ville, elle entre seule au théâtre et le redécouvre dans son intimité. Elle observe le théâtre ; le théâtre l’observe. Plongée – contre-plongée, points de vue de Josianne sur l’architecture typique du lieu de spectacle. Deux visions opposées, entre celle qui brille sur scène et celle qui avance seule vers son public : « Celle que je suis. »



Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada.

Remerciements de pochettes de Louis-José Houde

Tout afficher

Écoute mon clip !

Tout afficher